Accueil > Nos Actions > Supports Pédagogiques & Techniques > Les toits végétaux

Les toits végétaux







« L’inclusion du végétal dans l’architecture restitue la nature dans la proximité que l’on croyait réservée à l’univers de la campagne ou du potager et qui, là, s’offre aux urbains, à tous ceux que la conscience du développement des villes et de la réduction des territoires oblige à repenser la présence de la nature. »

La végétalisation des bâtiments est de plus en plus présente dans notre vie de tous les jours. En effet, celle-ci permet majoritairement de composer avec la nature en milieux urbains et ainsi de compenser « ce manque de nature » très formulé par les citadins.
Mais plus qu’un simple enjeu du développement durable, les toits végétaux présentent une nouvelle manière de concevoir des bâtiments tout en alliant esthétisme, apporté ici par la présence de plantes de toutes espèces, mais aussi en répondant à l’enjeu économique de la construction de bâtiments, puisque ces toits présentent un coût que l’on peut estimer assez faible.

I°). Premières utilisations

Même si on constate leur essor depuis quelques années, « ces façades vertes » ne sont pas propres au XXe siècle : en effet, on les retrouve notamment dans la légendes des Jardins de Babylone style='float:right; width:198px;'> type="image/jpeg">JPEG
qui constitueraient de véritables jardins en l’air qui ont inspirés plus d’un artiste mais aussi dans certain chalet traditionnel norvégien style='float:left; width:198px;'> type="image/jpeg">JPEG qui présente sur leur toit une étendue d’herbe qui faisait et fait toujours leur plus grand charme.

Ainsi au cours des siècles, dans toute l’Europe (Allemagne, France...) mais aussi dans des pays tels que le Japon, la Suisse ou encore certaine régions scandinaves, les jardins-terrasse ont été très favorisés, que ce soit par la mise en place d’une politique de sensibilisation ou encore par la création d’avantages fiscaux.

II°).Typologie des toits végétaux

Il existe trois grandes familles de toiture végétale, caractérisées chacune par l’épaisseur du substrat que l’on veux lui associer ainsi que le degré d’arrosage souhaité. La plantation peut donc être de nature extensive, semi extensive ou intensive.
Nous allons présenter ces différents types d’exploitation de manière croissante selon leur coût moyen.

a.) Extensive

JPEG - 34.9 ko

Il s’agit d’un type de plantation dont le substrat est compris entre 10 et 15cm. Les plantations de type extensive ne nécessitent pas un arrosage très fréquent, et l’on peut tout à fait ne pas les arroser du tout. Néanmoins, il sera compliquer d’y planter des plantes de diverses espèces : en effet, on trouve majoritairement sur ces toitures de la mousse, de l’herbe mais aussi beaucoup de plantes grasses tels que l’aptenia cordifolia.

JPEG - 27.3 ko

Ce type de plantation s’utilise majoritairement pour les toitures écologiques.

b.) Semi extensive

JPEG - 172.2 ko

Il s’agit également d’une plantation de faible épaisseur où l’on trouve essentiellement un système d’arrosage automatique goutte à goutte se faisant par de petits conduits se dirigeant sur une plante ou arbuste précis. Cette plantation, tout aussi économe que la plantation de type extensive, permet la culture de différents types de plantes tels que les plantes à fleurs ou à feuillage, les légumes ou encore des petits arbustes/buissons et plantes grimpantes.

Cette plantation favorise la création de toitures écologiques mais aussi de jardins grâce à la diversité de plantes dont elle permet la plantation.

c.) Intensive

JPEG - 62.5 ko

Chez ce type de plantation la profondeur des bacs permet une culture importante : en effet, celle-ci peut faire jusqu’à 1 ou 2 mètres. On peut alors aisément la culture d’arbres tels que les arbres fruitiers ou encore les arbres décoratifs. Le système d’arrosage doit donc être personnalisé pour permettre la survie de chaque arbre. On peut également y planter du gazon, des plantes vivaces tels que la delosperma kelaidis, des buissons et des arbres.

JPEG - 31.5 ko

De par ces caractéristiques, ce type de plantation permet de créer des jardins mais aussi des parcs.

III°). Avantages des toitures végétalisées

Les toitures végétalisées apportent de manière indéniable un charme de plus à chaque bâtiments, les rapprochant de cet idéal naturel qui plait à énormément de citadins. Mais plus qu’une touche esthétique, les toits végétals répondent aussi à l’enjeu du développement durable par l’intermédiaire de l’architecture bioclimatique. Assurant ainsi une protection de la biodiversité mais aussi de l’environnement naturel en milieu urbain, les toitures végétales possèdent aussi d’autres avantages et intérêts.

A). Des intérêts économiques et sanitaires

Parmi eux, on trouve :

- l’amélioration de la qualité de l’air ;
- l’atténuation des îlots de chaleur urbain ;
- l’augmentation de la superficie d’espace vert et un nouveau support d’accueil pour la nature sauvage ;
- la filtration et l’épuration des eaux de pluies ;
- la régulation des débits hydriques.

B). Impact technique

La stabilité et l’étanchéité des toitures végétales sont majoritairement supérieures à celles de toits normaux de type plats.
Cette dernière caractéristique est possible car les matériaux composant le toit inférieur sont protégés par les diverses couches constituant le toit végétal. En effet, la première cause de dégradation des toitures normales est liée notamment aux UV, la chaleur étant très néfaste pour la membrane des toitures. Avec le système de toit végétal, ceci est évité grâce a un substrat plus au moins épais. Autre facteur de dégradations : les intempéries. De la même manière qu’il bloque les UV, le toit végétal constitue une barrière contre la pluie et autres phénomènes.

Mais les toits végétal apportent d’autres avantages techniques parmi lesquels on trouve aussi une isolation phonique, la végétation absorbant les ondes sonores, qui se révèle être un atout majeur pour la vie urbaine.

C). Confort été/hiver

Les toitures végétalisées adoucissent l’air urbain mais améliorent aussi le confort du bâtiment, que ce soit en hiver ou en été, elles assurent un équilibre thermique et apportent ainsi une protection contre les chocs thermique.
Mais un aspect majeur est qu’elles apportent surtout une inertie thermique permettant de réaliser d’importante économie d’énergie, répondant donc à une demande de plus en plus importante.

D). Impact paysager

Les toitures végétales redonnent à la ville une valeur esthétique indéniable et valorise l’insertion d’un habitat dans un environnement majoritairement urbain. Elles permettent de restaurer une certaine part de végétaux qui, au fils des modifications urbaines (PLU, étalement urbain...), manque sérieusement. Elles permettent d’apporter un autre visage à la ville, un visage moderne ou la ville et la nature peuvent coexister et créer des espaces encore plus agréables.

De plus, les toits végétaux permettent de sauvegarder une certaine biodiversité par la plantation de plantes typiques.

E). Impact social

Les espaces verts contribuent pour la majorité des cas à rendre la ville plus sereine, moins stressante : c’est aussi le cas pour les toits végétaux. L’espace urbain retrouve une certaine part de couleur et de verdure à travers, notamment, les toits végétaux et rends moins maussade la vie en ville.
De plus, le développement depuis quelques années des toits verts permet de sensibiliser les individu à la question du développement durable et des énergies verte, tout en rétablissant aux habitants une harmonie urbanisme-nature.

IV°). Inconvénients des toitures végétalisées

Le problème le plus important des toits végétaux reste leur poids très important : en effet, des problèmes subsistent, certains étant écartés par l’existence de sol allégé sur les plantations extensives. Les sols allégés autorisent l’embellissement des toitures végétales, que ce soit par la végétalisation de bacs en aciers ou encore des jardins-terrasses, sans soucis de surcharges quelconques.
Des problème subsistent également dans certaine situation au sujet de l’étanchéité et des toits végétaux mal adaptés à une pente de toit.

V°). Composition et mise en oeuvre

Un toit végétal est constitué de plusieurs couches majeures auxquelles s’ajoutent des couches supplémentaires caractéristiques du type de plantations que l’on souhaite faire (intensive, extensive ou semi-extensive) dont voici un schéma :

JPEG - 65.1 ko

Un toit végétal type se constitue donc de :

-  Une structure portante , qui peut être sous la forme de béton, d’acier ou encore de bois. Elle dois être capable de supporter le poids de l’installation sachant que celui-ci peut doubler voir tripler lorsqu’il est gorger d’eau mais elle doit aussi éventuellement être capable de supporter des aménagements propre a des jardins-terrasse par exemple.
On peut si désir est ajouter un complex isolant permettant de conservé la chaleur de l’habitat.
- Ensuite, il faut isolé l’habitation de l’eau : cela se fait a l’aide d’ une membrane étanche qui doit être installée efficacement car les coûts de réparation pour une fuite sont bien plus conséquentes dans le cas de toit végétaux. Mieux vaux donc s’être assuré de sa bonne mise en place.
Une couche anti-racine peut être préconisée en supplément.
-  Un système de drainage et de filtration vient compléter tout ceci : ils ont pour rôle de diriger l’eau de pluie vers les gouttières extérieures ou vers le drain du toit.
- On ajoute ensuite un élément essentiel du toit végétal : le substrat . Le substrat n’est pas seulement de une terre permettant le bons épanouissement des plantes,il s’agit d’une terre qui se doit d’être légère et résistante à la compaction caractéristiques des terres, tout en gardant de l’eau. Sa composition est généralement faite d’un mélange de compost végétal de feuille ou d’écorce mélangé a des agrégats de pierres légères et absorbantes tels que la pierre ponce. D’autres facteurs conditionnent le bon fonctionnement du substrat, parmi eux on trouve notamment la rétention d’eau, la perméabilité et la résistance l’érosion et à la densité.
- La dernière couche constitue la couche végétale . On peut techniquement y faire pousser toutes les plantes que l’on désire y trouver mais il faut néanmoins prendre soins de se renseigner sur les besoins de chacune, certaines pouvant demander plus de soins que d’autre : certaines demanderont une protection contre le soleil, le gel ou encore les grands vents. Les plantes devront aussi être choisies en fonction du climat de la région ou l’habitat est implanté ou encore de l’orientation de l’habitat pour les besoins liés l’ensoleillement.

Les toitures végétales s’inscrivent dans une démarche de valorisation des milieux urbains ou autres, et permettent d’ajouter une qualité de plus à un habitat ou milieu ayant déjà ses propres caractéristiques.
Les décors créés par les toitures sont multiples et variés, apportant chacun une harmonie dont voici quelques exemples :
style='float:left; width:198px;'> type="image/jpeg">JPEG
style='float:right; width:198px;'> type="image/png">PNG

JPEG - 117.6 ko


c_delamarre,
date de publication : 3 avril 2013,
date de dernière mise à jour : 3 avril 2013


Soutenez l'association en partageant cette page autour de vous :

Voir également :

Cherchez parmi 66 articles :